Chronique du lundi 20/01/2020 : FREDERIC DANDEVEHOUN A LA LOUPE !!!

Il était présent à la fête du personnel de Radio Ahémé le 28 décembre 2019. Nous, nous l’avons vu. Et vous? Vous ne l’avez certainement pas vu. Dans un discours motivant, au cours de cette soirée de Gala qui marqua d’ailleurs les 20 ans d’existence de cette radio mère dans le département du Mono, la première autorité de la commune de Bopa a mis en valeur cet outil communautaire. Des propos de reconnaissance de l’effort du personnel permanent et des collaborateurs extérieurs, des paroles qui donnent envie de continuer sans relâche le job. Le style Dandévèhoun faisait parler de lui. A l’opposé, un oiseau de mauvais augure, la bouche pleine, il en existe en toute société, a sorti de très mauvaises phrases à l’allure ridicule laissant des interrogations chez plus d’un. Comparaison oblige! Vous n’étiez donc pas là, nous vous informons ….

Revenons à Dandévèhoun, un homme de valeur. Son sourire éclaire, son calme intéresse, ses pas éduquent, c’est l’homme à qui il faudra ressembler en matière de leadership et de gestion participative. La première autorité de commune de Bopa est la belle écriture avec laquelle les citoyens de ladite commune écrivent aisément depuis 2015 l’histoire de leur territoire commun à eux. Fréderic Dandevehoun, c’est un parcours éminent. Cet enseignant de formation et de profession a gravi les marches en trois mandatures au conseil communal, deuxième adjoint au maire sous Tagbaho Tchèkèssi, premier adjoint au maire sous Paul Hounkpè et maire depuis bientot 5ans. Ce n’est pas un hasard. C’est plutôt une ascendance programmée par la nature et qui est en pleine évolution. Elle s’arrêtera certainement quand Dieu le voudra. Mais pour l’heure, Frédéric perçu comme un prototype de la patience, de l’union, de la sincérité et de la clarté inspire et mérite d’être conté. Il faut expliquer sa patience par sa sagesse et son silence face aux vieux chiens de l’autre rive qui aboyaient et pourtant la caravane s’était avancée sans changer de démarches ni leur jeter la pierre. C’est ce que nos yeux ont pu voir. Dandévèhoun, c’est l’incarnation de l’élément spirituel valablement acceptable dans la société humaine. Une valeur édifiante. C’est la monnaie sonnante et trébuchante dont rêve toute société. C’est la pièce rare. Suivez mon regard…

Prévert Oléman DJOSSOU (20.01.2020)

Partager via :

Laisser un commentaire